item3
english
liz davidson liz davidson
artist
item6
liz davidson artist
banque d’images
livres d'artistes / textes
vidéos / installations / performances
item2a
démarche
bio / c.v. / dossier de presse
événements
contact /

La pièce d’installation/performance «Le chant des pierres» est née d’une image d’un Christ femme qui a cheminé dans mon esprit pendant plusieurs années.

En 1991-1992, je fais un cauchemar récurrent : je suis en train de mourir et, même si je sais que je rêve, une partie de moi veut savoir à quoi ressemble la mort. Je participais à cette époque à des ateliers de « Créativité et rêve », donnés par mon amie Raechel Bratnick, et j’ai décidé de travailler sur ce cauchemar. Ce qui est ressorti de ce travail, c’est l’image d’une croix dorée et le sentiment d’être moi-même crucifiée. Mais ce qui me surprenait le plus était ma capacité de tolérer la douleur de la crucifixion, plutôt que de capituler devant la mort, symbole du changement, de la transformation.

En juillet 1994 j’ai rencontré une amie à un concert. Elle était en état de grossesse avancée. J’avais trouvé ma Christ femme. Elle était radieuse. Elle a accepté d’être mon modèle, et nous avons effectué le moulage à la toute fin de sa grossesse. Au fil des séances, l’œuvre évoluait vers le viol du Christ femme, un viol perpétré par les valeurs patriarcales de notre histoire et de notre société. Les femmes connaissent cette sensation dans leur chair. Et elles veulent la fuir. Pour ma part, il me semblait jamais ne pouvoir courir assez rapidement.

Pendant le travail de moulage, une autre amie m’a suggéré de soumettre un projet dans le cadre d’un événement qui serait organisé pour commémorer les femmes assassinées dans le Massacre de la polytechnique. C’est alors que la pièce a pris tout son sens et des dimensions supplémentaires. À côté de la croix avec sa Christ femme, des calices, des moulages d’abdomens de femmes enceintes et d’autres symboles qui rattachaient l’oeuvre aux quatorze femmes. Des liens étonnants se tissaient entre les images de la croix, les quatorze stations du chemin de la croix et les victimes de la polytechnique.

L’œuvre me parlait aussi en termes de musique et de paroles. Mon ami, le compositeur John Purdy, a mis à ma disposition son thème musical du Psaume 23 (Le Seigneur est mon berger) et deux thèmes du Magnificat (mon âme exalte le Seigneur). J’avais appris qu’au Guatemala, le chant du Magnificat était interdit, parce qu’il était devenu un chant d’appui à la libération dans le mouvement de justice sociale. Rien ne pouvait mieux convenir à ma pièce.

Avec l’ajout de tableaux vivants, d’autres sculptures et d’une projection vidéo représentant les stations de la croix, la pièce « Pour Sophie...la Christ femme » est devenue le « Chant des pierres ».

Il s’agit d’une œuvre en collaboration qui, comme telle, n’aurait jamais été possible sans l’aide de nombreuses personnes. J’ai été subjuguée par la grande générosité, l’amour et le soutien que ces gens m’ont offerts. Mes remerciements vont à John Ballantyne, qui m’entoure sans cesse de son encouragement, de son soutien et de sa présence affectueuse; à Karen Bratnick, qui m’a aidée à mûrir et à conserver le rêve; à Shirley Fischlin, pour sa grande gentillesse et sa douceur quand je lui ai montré la musique; à Susan Reininger, qui est apparue dans ma vie comme une réponse à une prière; et à ma chère amie Stansje Plantenga, qui a été la première à « voir » cette performance. Almut Ellinghaus, Dena Goldberg, Hélène Carrier-Laplume, Louise Patch et Stansje sont venues, semaine après semaine, année après année, et elles ont apporté avec elles tant de générosité de l’esprit et du cœur! Merci aussi à Christina Richards, une sœur et une éditrice formidable, et à Karen Bessette, qui s’est assise au bord de l’océan pour moi.

 

À LA MÉMOIRE DE

Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Barbara Marie Klueznick, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault, Annie Turcotte

 

1994-97

Pour Sophie …le Christ-femme, 1994-5.

Tissu de gampi moulé, bois, plumes, pierres
290 cm x 244 cm x244 cm

Une œuvre sonore

12 min 30 s

Avec mes meilleurs remerciements à :

John Ballantyne, Ed Bantey, Karen Bratnick, Brigitte Caron, Christine Caron, Clément Caron, Don Davidson, le Groupe intervention vidéo, Allyn Harris, Maya Lightbody, Cheryl Long, Peter Mendieta, Stansje Plantenga, John Purdy, Cathy Ratcliffe, Jeanne St-Gelais, Bud Staples et Colleen Young.

À la CBC : Barbara Brown, Alvin Cader, Alannah Campbell, Russ Germain, Rex Loring, Susan McDonald, Rick McInnis-Rae, Jennifer Norfolk, Carol Off, Loreen Pindera, Barbara Smith, Victor Steinberg et Raffi Vigod.

Au journal The Gazette : Julian Armstrong, Richard Arlis, Hubert Bauch, Phyllis Beaulieu, Gorden Beck, Catherine Buckie, Graeme Hamilton, Jeff Heinrich, Mary Lemay, Don Macpherson, John Mahoney, William Marsden, Allen McInnis, Andrew McIntosh, James Mennie, Lynn Moore, Pierre Obendrauf, Emil Sher, Elizabeth Thompson, Jack Todd et Paul Wells.

Et au quotidien The Globe and Mail, Diana Bronson et Amanda Lang.

© liz davidson 2006-11 all rights reserved

blogue
Œuvres des arbres
Le chant des pierres
Pour Sophie...la Christ-femme
demarche / Pour Sophie...la Christ-femme
english artist artist livres d'artistes / textes vidéos / installations / performances démarche liens contact / Œuvres des arbres Le chant des pierres Pour Sophie...la Christ-femme